10 idées pour faire apprécier les balades à son enfant

10 idées pour faire apprécier les balades à son enfant

5 mars 2019 0 Par Actibulles

J’adore me promener. Flâner dans la nature me procure bonheur et sérénité. Dès qu’Anaé est née, nous l’avons donc mise dans un porte bébé spécifique et amenée avec nous lors de nos sorties du week-end. Dans le sac, elle dormait, babillait, tout se passait bien. Lorsqu’elle fut trop grande pour être portée, il a fallu que nous nous adaptions à cette nouvelle randonneuse et c’est cette expérience que je souhaite partager avec vous. J’espère que les conseils ci-dessous vous aideront à faire en sorte que la randonnée soit un moment agréable pour toute la famille.

La préparation de la balade

1 – Adapter la distance à l’âge de l’enfant

Nous devons faire en sorte que l’enfant soit en situation de réussite. Mieux vaut commencer par des promenades courtes et augmenter progressivement la difficulté.

A titre indicatif, j’ai lu qu’entre 3 et 10 ans, il fallait compter 1 kilomètre de marche par année de l’enfant. Évidemment, cette distance doit être adaptée en fonction du dénivelé et de l’enfant. Avoir cette distance en tête nous a évité à plusieurs reprises de nous lancer dans des promenades trop longues. Les fois où nous avons voulu dépasser cette distance pour atteindre un objectif précis, nous avons veillé à disposer d’une marge confortable dans les horaires. Cela nous a permis de ménager des pauses plus nombreuses, plus longues et plus réparatrices 🙂

2 – Ne pas négliger la logistique

Pour la sécurité de tous, vérifiez systématiquement la météo avant de partir, et adaptez la tenue vestimentaire en conséquence. S’il fait froid, pensez à prendre des gants et un bonnet. S’il fait du soleil, pensez à prendre un chapeau pour éviter les insolations et des lunettes de soleils pour protéger les yeux.

Pour que la randonnée se passe bien, il faut que l’enfant soit bien chaussé. La chaussure doit être confortable. Une semelle rigide peut être intéressante si le sol est caillouteux. Si le temps, le sol, le terrain est humide, il est préférable que la chaussure soit équipée d’un système imperméable. En effet, marcher avec les pieds humides n’est pas très agréable et pourrait blesser les pieds de l’enfant. A contrario certains enfants transpirent beaucoup et ça peut être aussi une source d’humidité et donc de blessures. Dans ce cas vous pouvez prendre un deuxième jeu de chaussettes pour permettre à l’enfant de les changer lors de la pause. Les chaussures de marche étant assez rigides, faites attention à la distance, lorsque l’enfant met ses chaussures neuves pour la première fois.

Ensuite, quelle que soit la balade pensez à prendre de l’eau. Nous concernant nous prenons aussi systématiquement de quoi grignoter, même si nous ne prévoyons pas un pique nique ou un goûter. En cas de coup de barre, cela aura un effet sur le physique et sur le mental de l’enfant 🙂 .

3 – Choisir une promenade avec un objectif

Donner un but accessible et motivant à la randonnée aidera l’enfant à surmonter l’effort nécessaire pour l’atteindre. A titre d’exemple, cela peut être :

  • un château en ruine, qui permettra de revivre les aventures des chevaliers.
  • les traces de nos ancêtres les plus anciens, très diverses selon les régions. Ce peut être les sites mégalithiques, des sites préhistoriques ou archéologiques. L’histoire autour de ces lieux porte l’imagination.
  • un lac ou une rivière, sur lequel nous pourrons faire des ricochets, voir des têtards…
  • les animaux. Notre fille les adore. Si en montagne si vous connaissez des endroits où voir des bouquetins, isards ou marmottes, des aigles ou vautours, l’observation est toujours magique. En plaine, vous pouvez trouver des chemins sur lesquels, ils pourront visiter des fermes ou voir des chevaux ou des vaches dans des champs … Évidement si c’est l’objectif de la promenade, mieux vaut être certain que la promesse ne sera pas rompue. Il nous est arrivé de promettre un troupeau de moutons qui avait été déplacé, sans que nous le sachions 2 jours avant ! Heureusement avec une bonne dose de bonne humeur, ça passe, grâce aussi aux traces de leur passage qu’il nous reste…
  • aller ramasser des châtaignes, des noisettes, des mûres ou autres baies sauvages, et avoir en plus le plaisir de les déguster.

Pour ceux qui le souhaitent, il y a aussi le géocaching qui permet d’échanger des “petits trésors”. Le système permet de découvrir des endroits sympas.

Pendant la balade

4 – Autoriser les enfants à amener un ami ou un objet

Quand les enfants sont petits, amener le doudou, la poupée ou la petite voiture permet à l’enfant de faire vivre cette aventure à un objet qui lui est cher. Attention à ne pas le perdre. Il faut également prévoir qu’il y aura un moment où cet objet vous reviendra, car l’enfant en aura assez de le porter. Prévoyez donc de la place pour cela dans le sac.

Nous nous sommes très longtemps promenés avec le doudou de notre fille, et plus tard, nous avons même fait une petite randonnée avec un ballon de hand-ball, la promenade s’y prêtant..

Quand l’enfant grandit, le fait d’amener un ami avec qui discuter lui permet de le faire marcher sans qu’il s’en rende compte.

5 – Donner des objectifs intermédiaires

Donner des objectifs intermédiaires permet de paver le chemin de nombreuses satisfactions intermédiaires. Ces buts intermédiaires seront accessibles et motivants. Par exemple, atteindre le premier lac et en profiter pour vérifier la température de l’eau ou faire un bateau de feuilles sèches. Ou bien aller jusqu’au bois de chênes et trouver un arbre sur lequel nous pourrons grimper. Atteindre la cabane de berger dans laquelle on pique-niquera. Arriver au rocher en forme de visage et grimper sur le nez, si ce n’est pas trop risqué ! 🙂

6 – Faire participer l’enfant

  • La chasse aux traces est très ludique : si l’itinéraire que vous avez choisi est un chemin balisé (PR ou GR), demandez à l’enfant d’être attentifs aux marques, jaunes ou blanches et rouge, ainsi qu’aux panneaux indiquant les directions.
  • Si vous partez avec un topo, laissez le interpréter avec vous les indications.
  • Si vous suivez un chemin à partir d’une carte, laissez le décrypter les informations topographiques. En plus l’utilisation de la carte lui permet de nommer tous les points caractéristiques du paysage. Je trouve cet exercice très intéressant et enrichissant.
  • Évidemment si vous avec un GPS, laissez le utiliser le gps.

7 – Lui proposer de tenir un journal de bord

Le journal de bord lui permet de raconter ce qu’il voit, ce qu’il ressent et d’en garder une trace. Selon l’âge de l’enfant, il peut se promener avec un cahier et un crayon dans son petit sac à dos ou à la main. Vous pouvez aussi lui servir de scribe et mettre sur papier les informations qu’il voudra conserver. Vous pouvez également choisir de faire un enregistrement audio de ces informations : j’adore conserver un témoignage de leur voix d’enfant.

Les idées suivantes peuvent être contenues dans le journal de bord, mais même sans journal, elles sont intéressantes pour fixer l’attention de l’enfant sur ce qui pourrait paraître un détail.

  • Proposez lui de prendre des photos des éléments ou paysages qu’il trouve beaux.
  • Proposez lui de dessiner les lieux, les fleurs, les arbres, les traces d’animaux …
  • Aidez le à nommer et à identifier aussi précisément que possible les éléments ci-dessus.

8 – Ne pas hésiter à faire des pauses

Faire une pose pour mieux profiter … c’est tout un programme. Vous pourrez :

  • Boire et manger un petit en cas.
  • Faire un land art et découvrir sous un autre point de vue les éléments qui vous entourent.
  • Découvrir le lieu à partir d’une carte et d’une boussole.
  • Observer les oiseaux et les insectes.
  • Ressentir les choses : fait-il chaud ou froid ? Y a-t-il du vent ? L’endroit est-il humide ou sec ? Le soleil nous éblouit-il ou est-il caché par les nuages ? Quels parfums puis-je reconnaitre : le thym, le pin, le chèvrefeuille ?

9 – Faire travailler l’imagination

Pour faire diversion et parfois en dernier recours, faire travailler l’imagination a toujours marché dans notre cas. Attention cela a un côté addictif et parfois l’adulte se lasse plus vite que l’enfant.

  • Donnez des noms d’animaux ou autres, aux montagnes, rochers, arbres, nuages en fonction de leurs caractéristiques. Par exemple, le rocher de la dent cassé, l’œil de la montagne, la panthère, l’arbre au visage d’ours…
  • Imaginez une histoire à construire en famille. Chaque personne, énonce une ou plusieurs phrases et passe la parole à un autre membre de la promenade.
  • Faire des devinettes est une tradition qui se passe de mère en fille dans la famille. La version préférée d’Anaé a été pendant très longtemps de deviner ou faire deviner des animaux : le principe est qu’une personne choisit mentalement un animal. Les autres personnes doivent lui poser des questions fermées pour deviner à quel animal la personne a pensé. La première personne ne doit répondre qu’avec OUI ou NON à la question. La complexité de l’exercice dépend de la chance et de l’âge de l’enfant. Cela peut être décliné à l’infini avec les lieux, les personnages célèbres ou familiaux … J’ai même croisé lors une promenade un père et son fils qui se faisaient épeler les mots : mieux vaut être bon en orthographe dans ce cas là.

10 – Prenez votre temps

Dans tous les cas, vous l’aurez compris, prendre son temps est indispensable pour faire de cette balade un moment de plaisir et de partage pour vous et votre enfant.

  • Laissez le ramasser les cailloux aux couleurs ou aux formes extraordinaires.
  • Laissez le cueillir des herbes, des fleurs, en faire un bouquet ou un bracelet, ou se les mettre dans les cheveux. Évidemment, cela à condition que vous ne soyez pas dans un parc national. Attention aussi aux fleurs et herbes irritantes.
  • Laissez le partir à la découverte des animaux et insectes qui l’entourent.
  • Laissez le improviser avec les pommes de pin pour les transformer en ballon de foot.
  • Laissez le découvrir la beauté et la magie de ce qui l’entoure.
  • N’hésitez pas à lui faire part de vos sensations agréables et quel que soit le retour, restez positif.

Après la balade

C’est un moment que j’ai d’après moi trop négligé (je suis toujours trop pressée, mais je me soigne). Je pense que le fait de revenir sur les points positifs, les instants magiques, peut nous permettre d’ancrer les bonnes sensations. Donc :

  • N’hésitez pas à valoriser ce qu’a fait l’enfant. En fonction de votre sensibilité et de celle de l’enfant, ce pourra être à travers les difficultés surmontées ou à travers le plaisir partagé. Quel plaisir de ce dire que nous étions au sommet de cette montagne, quel beau point de vue nous avions ! Quelle belle fleur tu as trouvé !
  • Partagez cette réussite avec des personnes tierces : amis ou famille.
  • Ensemble, repensez aux bons moments, aux aventures, aux défis accomplis. N’hésitez pas à utiliser votre journal de bord si vous en avez fait un.

Maintenant à vous de jouer. Bonne promenade !

N’hésitez pas à partager avec nous vos expériences et vos bons plans pour motiver vos enfants à partir en balade et à la découverte de notre amie Nature.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •